Ce mercredi au viaduc de Mâlain en Côte d’Or, SNCF réseau et sa société Altamétris ont fait une démonstration de vol de drone. Ces engins télécommandés peuvent réaliser des relevés 3D et des images pour inspecter les infrastructures ferroviaires. Un outil utilisé sur des zones difficiles d’accès.

Ce mercredi matin, à proximité du viaduc ferré de Mâlain, à l’Ouest de Dijon , c’est une démonstration grandeur nature de drone qui a été réalisée par SNCF Réseau et sa société Altamétris. Car les drones ne sont pas uniquement réservés aux loisirs, ils sont de plus en plus utilisés par les professionnels, notamment par les agents de la société ferroviaire.  Le but, surveiller l’état du réseau ferré et de son environnement pour garantir la sécurité des circulations. Le tout, avec un outil qui peut survoler des zones difficiles d’accès et donc garantir la sécurité des agents.

Le drone utilisé durant cette démonstration, c’est le Ricopter. Un engin de 25 kilos doté d’un laser et utilisé pour la topographie et la cartographie.  » Il capte un nuage de points, en coordonnées, qui va permettre de donner une représentation en 3D du terrain après un traitement sur logiciel. A partir de ça, on peut produire des plans d’ouvrage qui permettront éventuellement de réaliser un projet d’amélioration ou de régénération d’ouvrage pour la sécurité du réseau » explique Jean-Michel Pain, responsable du pôle méditerranée d’Altamétris, une société SNCF réseau dédiée au drones.

Mais la SNCF utilise également des plus petits drones équipés de caméra pour inspecter les infrastructures comme les parois rocheuses, les ponts ou les caténaires. En Bourgogne Franche-Comté, ils sont deux agents à avoir été formés pour utiliser les drone.  » Ça nous évite d’utiliser des nacelles, avec le risque de chute qu’il peut y avoir ou des systèmes de corde. Ça nous écarte aussi du risque ferroviaire, on ne s’approche pas des circulations comme ça » explique Anthony Gomez. Depuis 2018, 50 missions à l’aide de drones ont été réalisées en Bourgogne-Franche-Comté.

Source: France Bleu 26/08/2020